FGF FO - FO Fonctionnaires
Connexion
 
Menu
 
 

 

Vous n'avez pas encore de compte. Vous pouvez en créer gratuitement en remplissant simplement le formulaire. Vous pourrez alors accéder de façon privilégiée à des contenus. Celà ne vous engagera aucunement avec FO-FGF.

Voulez-vous vraiment supprimer cette ressource ?

DECLARATION LIMINAIRE

RÉSOLUTION DE LA COMMISSION EXÉCUTIVE DU 4 JUIN 2015 DE L'UFR-FO

Cliquez pour rendre cette question favorite
◄ Précédente   ressource 206 sur 355   Suivante ►
 

Dans le cadre du conseil fédéral de la FGF-FO, la Commission Exécutive de l’Union Fédérale des Retraités de la FGF-FO réunie à Paris le 4 juin 2015 se déclare solidaire des positions prises par la Confédération notamment :

▪ Lors de l’attentat odieux, barbare, intolérable qui a frappé Charlie Hebdo. La Commission Exécutive fait sienne la position de notre secrétaire général qui « différencie la défense de nos libertés, de la démocratie, de la république, de la recherche de l’unité nationale. Ne pas laisser croire que tous défendent ardemment le modèle républicain et prendre garde à toute instrumentalisation toujours possible »

▪ Lors du congrès confédéral qui, dans une bonne ambiance générale a démontré notre unité et notre détermination à passer à l’action.

▪ Lors de la journée du 9 avril 2015 qui - dans un cadre interprofessionnel de grèves et de manifestations - a marqué la volonté de combativité dont ont fait preuve actifs et retraités. Le gouvernement devra devant le succès de cette journée faire plus qu’écouter, il devra entendre la colère des manifestants.

Partie intégrante de la FGF-FO, la Commission Exécutive de L’UFR fait siennes –

 Les actions de la FGF-FO dans la défense du statut général de la fonction publique et des statuts particuliers chaque fois qu’ils sont attaqués ;

 Les prises de positions face aux conséquences pour les fonctionnaires de la réforme territoriale.

Malgré un contexte particulièrement difficile, le bureau de l’UFR a oeuvré pour le développement de l’union fédérale par :

 La création de commissions à thèmes ;

 Le maintien des permanences mensuelles ;

 La mise en place d’une pétition nationale sur le thème « la retraite n’est pas une aide sociale », pétition qui sera remise au Ministre de la Fonction Publique ;

 La Lettre au Ministre contre l’exclusion des retraités du conseil d’administration des comités interministériels d’action sociale et section interministérielle d’action sociale ;

 La Lettre à « C DANS L’AIR » avec demande de droit de réponse contre des propos mensongers sur le paiement des retraites ;

 Création en commission d’un dossier sur la paupérisation des retraités de la fonction publique en vue d’une rencontre avec les pouvoirs publics à l’initiative de l’UFR appuyée par la FGF-FO.

Le bureau de l’UFR a persévéré dans l’amélioration de son fonctionnement :

- En traitant des dossiers de camarades en difficultés pour des raisons diverses et variées. (On peut noter à ce sujet 3 beaux succès)

- En créant une interaction dans notre rubrique « coup de coeur »

- En améliorant notre journal aux retours encourageants (nous reprenons dans le dernier numéro nos projets de voyages ouverts aussi bien aux actifs qu’aux retraités)

- En tentant avec beaucoup de difficultés de développer les structures départementales.

- En soulignant le coup de pouce que nous donnons à la Fondation de l’Avenir
La Commission Exécutive de l’UFR estime que les pensionnés ne sont en rien responsables de la crise dont ils supportent largement les conséquences.

LEURS REVENDICATIONS SONT CONNUES ET NÉGOCIABLES IMMÉDIATEMENT

Pour rafraichir la mémoire de certains LA COMMISSION EXÉCUTIVE de l’UFR RAPPELLE que :

 La retraite n’est pas une aide sociale. Le Code des Pensions est la norme en matière de liquidation des pensions. Les dépenses afférentes sont obligatoires et inscrites au Grand Livre de la Dette publique de l’Etat.

 La contractualisation – qui tend à se généraliser - des agents des services de l’ETAT remet en cause la neutralité de la fonction publique qui est à la base de nos institutions républicaines.

S’agissant des pensions de réversion dont elle exige la revalorisation, la Commission exécutive demande le statu quo quant à leur attribution sans conditions de ressources plafonnées. Elle dénonce les préconisations de la COUR des COMPTES et du COMITÉ D’ORIENTATION DES RETRAITES (COR) tendant à remettre en cause le système actuel sous prétexte d’équité.

Elle condamne le prélèvement mensuel de 0,30% sur les pensions au titre d’une contribution « dépendance » payée par les seuls retraités (CASA).

FISCALITÉ
La Commission Exécutive, comme elle l’a déjà fait précédemment, rejette la proposition gouvernementale de vouloir instaurer la retenue à la source laquelle, contrairement aux informations données par ses partisans, aggravera l’injustice fiscale dans la mesure où la pression fiscale portera essentiellement sur les salariés et les retraités alors que les non-salariés n’acquitteront leurs impôts qu’en fin d’année.

La Commission Exécutive de l’UFR dénonce le matraquage fiscal que subissent les pensionnés :

 Suppression de la demi-part attribuée précédemment aux veufs et aux veuves.

 Fiscalisation de la majoration des pensions des parents d’au moins 3 enfants.

 Hausse de la CSG pour 460 000 retraités.

La Commission Exécutive estime nécessaire de revoir la référence à la situation d’imposition à l’IRPP pour les taxations locales : la redevance télévision, l’obtention des aides publiques pour éviter l’effet « double peine ».

POUVOIR D’ACHAT : CARTON ROUGE DE L’UFR

Par le biais d'un document adressé à la Commission de Bruxelles, le gouvernement a décidé de geler les retraites au 1er Octobre 2015.

La Commission Exécutive condamne cette décision prise sans concertation au mépris de la réalité du pouvoir d'achat des retraités.

La Commission Exécutive approuve sans réserve la position du Bureau National de refuser cette décision et d'engager une action appelée CARTON ROUGE demandant à tous les retraités d'arborer un signe distinctif de couleur rouge destiné à montrer leur mécontentement mais aussi de s'adresser - par une lettre explicative - à tous les élus - (députés, sénateurs, présidents départementaux et régionaux, etc..) pour les interpeler sur le sujet.

La Commission Exécutive de l’UFR se déclare solidaire de la décision des neuf organisations de s’adresser au président de la république. Elle s’engage à faire signer la carte de revendications au nom de Force Ouvrière.

La Commission Exécutive de l’UFR exige plus que jamais une revalorisation significative des pensions avec rattrapage.

LOI SUR LE VIEILLISSEMENT : …..VERS UN NOUVEAU REPORT ?

Elle dénonce le nouveau report en 2016 de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement et rappelle la nécessité de la participation des organisations de retraités à la gouvernance.

La Commission Exécutive connait les problèmes de l’âge. Ils se nomment logements, établissements d’accueil, CASA, CNAV. L’ETAT doit prendre ses responsabilités en anticipant les besoins d’investissement, en favorisant la maîtrise des coûts et le recrutement de personnels formés et en nombre suffisant.

Dans cette optique, la diminution drastique de ses concours financiers est inacceptable.

PROTECTION SOCIALE : La Sécu n’est pas une variable d’ajustement

La Commission Exécutive attire l’attention du gouvernement (étant donné les enjeux financiers) sur les besoins futurs : c’est le droit commun de la protection sociale qui doit prévaloir à savoir la création d’un risque de perte d’autonomie financé par la solidarité.
Telle est la garantie pour tous d’un accès à des soins de qualité.

La Commission Exécutive de l’UFR estime que la protection sociale paie au prix fort le coût, pour le budget de l’Etat, des pactes de responsabilité et de stabilité, synonymes d’austérité.

La Commission Exécutive s’élève contre une atteinte sans précédent aux fondamentaux de la protection sociale et à son principe de solidarité.

La Commission Exécutive de l’UFR s’opposera à toute mesure d’économie qui tendrait à augmenter le laisser à charge des assurés ou qui impacterait l’offre de soins.

Tout en prenant acte du vote par le Parlement de la loi instituant la généralisation du tiers-payant lors des consultations d'un praticien de santé, la Commission Exécutive de l’UFR estime que le droit à la santé et à l’accès aux soins de qualité est une obligation qu’elles que soient les ressources.

Pour la Commission Exécutive de l’UFR, la sécurité sociale n’est pas une charge ni une variable d’ajustement.

SUJET D’ACTUALITÉ : LES POSITIONS DE L’UFR

La Commission Exécutive de l’UFR s’inscrit contre l’ouverture des magasins le dimanche, mesure contre les salariés et les retraités car la disparition programmée de commerces de proximité au profit de grandes enseignes en périphérie des villes tend à rendre difficiles voire inaccessibles les achats des personnes âgées les moins mobiles.

La Commission Exécutive de l’UFR atteste que la réforme territoriale amènera la restructuration des services de l’ÉTAT et donc l’éloignement du service public de proximité. Pourtant celui-ci est un facteur de cohésion sociale et une garantie de l’égalité des droits sur tout le territoire.

LA PLACE DU RETRAITÉ DANS LA SOCIÉTÉ

La Commission Exécutive de l’UFR affirme que les retraités - citoyens à part entière toute leur vie - doivent être également considérés comme des syndicalistes à part entière. Elle ne peut admettre que les organisations syndicales de retraités soient exclues de toutes les instances mises en place dans le cadre de la loi sur l’adaptation au vieillissement.

La Commission Exécutive de l’UFR demande aux syndicats nationaux et aux sections départementales de contacter tous les agents qu’ils soient militants, adhérents ou non syndiqués avant leur départ en retraite.

L’UFR-FO poursuivra son action en maintenant le lien par l’information, l’esprit de camaraderie, et la convivialité. Les retraités qui payent une cotisation comme les actifs doivent être invités par les syndicats nationaux ou sections départementales aux assemblées générales et aux conseils syndicaux. Ils devraient également être associés aux instances nationales de ces syndicats et participer aux congrès des actifs avec un mandat.

L’UFR-FO pourrait d’ailleurs intervenir dans les instances des syndicats nationaux car il y a un fort enjeu à bien faire comprendre que :

L’ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE VA DANS LE SENS D’UNE PLACE PLUS IMPORTANTE DES RETRAITÉS.

Il est bien clair que nous défendons les intérêts des retraités mais aussi ceux des futurs retraités. Aujourd’hui les retraités sont souvent ignorés par rapport aux évolutions de la société. Nous voulons et devons leur donner toute la place qui leur revient.

LA COMMISSION EXÉCUTIVE DE L’UFR APPELLE LES CAMARADES QUI BÉNÉFICIERONT PROCHAINEMENT D’UNE PENSION DE RETRAITE À REJOINDRE LES RANGS ET À PARTICIPER AVEC LES CAMARADES ADHÉRENTS AUX RÉUNIONS DES STRUCTURES DÉPARTEMENTALES DE L’UFR-FO OU DES UNIONS DÉPARTEMENTALES DE RETRAITES FO.

LA COMMISSION EXÉCUTIVE DE L’UFR APPELLE À LA MOBILISATION TOUS LES RETRAITÉS FACE AUX REMISES EN CAUSE DE TOUTES SORTES QUI SE PROFILENT EN PARTICULIER AU NIVEAU DU MONTANT DES RETRAITES, DE LA SANTÉ ET DE LA PERTE D’AUTONOMIE.

 

Confédération Force Ouvrière

Force Ouvrière

Réseaux Sociaux

  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube

FO-FGF

La Fédération Générale des Fonctionnaires Force Ouvrière (F.G.F.-F.O.), rassemble et coordonne l'action des syndicats FORCE OUVRIÈRE de fonctionnaires et d'agents publics de l'Etat et de ses établissements publics, à l'exception de ceux de " La poste" et de "France Télécom".

Elle a pour vocation principale de défendre les intérêts particuliers de ses adhérents, mais également une conception d'une Fonction publique laïque et Républicaine.

(c) 2014-2018 FO-FGF - Mentions légales
Scénarisé avec E-TIPI, Solution Digital Learning